« Intersexe », c’est quoi ?

Traduction en français de l’article « What is intersex? » du 6 avril 2013 par Hida (OII USA)

« INTERSEXE » désigne le sexe biologique congénital qui n’est pas typiquement masculin ou féminin. « Les personnes intersexes » désignent les gens né.e.s avec, ou ayant développé naturellement à la puberté, des caractéristiques sexuelles biologiques connues comme « traits intersexes » qui ne sont pas typiquement masculins ou féminins.

Les traits intersexes comprennent les chromosomes, les organes génitaux, les hormones et/ou les gonades qui ne correspondent pas aux définitions typiquement masculines ou féminines, et peuvent avoir comme résultats des variations supplémentaires dans les caractéristiques sexuelles secondaires comme la masse musculaire, la pilosité, le développement mammaire, le ratio hanches/torse et la stature.

L’intersexuation n’est pas une simple catégorie – de nombreuses formes d’intersexuation existent. Au sein de chaque forme, il peut y avoir également des variations substantielles, y compris des individus avec des apparences très typiquement masculines ou féminines.

Une personne intersexe peut avoir n’importe quelle orientation sexuelle : hétérosexuelle, homosexuelle, bisexuelle, queer etc. L’intersexuation est historiquement définie par la biologie plutôt que par l’identité de genre, puisque les personnes intersexes font l’expérience du même éventail d’identités de genre que les personnes non-intersexes. Nous notons, cependant, que les termes « homme » et « femme » – à une époque traditionnellement définis par la biologie – ne le sont plus, comme les personnes trans le démontrent. Nous notons aussi que certaines personnes intersexes discutent le fait qu’ « intersexe » décrive leur identité de genre aussi bien que les caractéristiques sexuelles avec lesquelles illes sont né.e.s. Ainsi une approche exclusivement biologiquement déterministe de l’intersexuation pourrait ne pas être viable, d’un point de vue culturel, et une augmentation de notre population (due, selon certain-e-s, à l’utilisation de certain.e.s personnes trans de l’étiquette « intersexe ») ne serait pas nécessairement nuisible à nos efforts pour obtenir des droits humains égaux.

QUELLE EST LA FREQUENCE DE L’INTERSEXUATION ?

Les recherches les plus poussées ont déterminé que les personnes intersexes constitueraient un taux estimé de 1,7% de la population, ce qui rend l’intersexuation aussi courante que la rousseur (1%-2%). Cependant, des statistiques populaires mal interprétées pourraient donner à penser que les chiffres sont bien plus bas. Voici pourquoi.

Certains groupes utilisent une vieille statistique de la prévalence qui dit que nous représentons 1 sur 2000, ou 0,05% de la population, mais cette statistique se réfère à un trait intersexe bien spécifique, les organes génitaux ambigus, qui n’est qu’une des nombreuses variations qui, combinées (comme elles le sont dans les diagnostiques médicaux) représenteraient 1,7% , selon l’estimation de l’estimée Anne Fausto-Sterling, professeur de biologie et d’études de genre de l’Université de Brown*.

Une autre statistique similaire, légèrement plus élevée, est aussi rapportée dans “How Sexually Dimorphic Are We?”, de Blackless, et al, dans The American Journal of Human Biology. « La croyance selon laquelle l’homo sapiens serait absolument dimorphique dans le respect de la composition des chromosomes sexuels, de la structure gonadique, des niveaux d’hormones, et de la structure des systèmes génitaux internes et des parties génitales externes, découle de l’idéal platonicien selon lequel pour chaque sexe il y a un seul chemin de développement et de production universellement correct. Nous avons analysé la littérature médicale depuis 1955 jusqu’à aujourd’hui pour étudier la fréquence de déviation par rapport à l’homme ou la femme idéaux. Nous concluons que cette fréquence pourrait être à hauteur de 2% des naissances viables. La fréquence des individus ayant reçu une chirurgie génitale « correctrice », cependant, correspond probablement à 1 à 2 pour 1000 naissances viables (0,1-0,2%). » Am. J. Hum. Biol. 12:151–166, 2000. © 2000 Wiley-Liss, Inc. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/(SICI)1520-6300(200003/04)12:2%3C151::AID-AJHB1%3E3.0.CO;2-F/abstract Ces deux découvertes sont les recherches scientifiques les plus poussées qui existent sur la prévalence statistique des traits intersexes congénitaux chez les êtres humains.

La croyance erronée selon laquelle nous sommes un pourcentage extrêmement faible de la population est souvent utilisée pour disqualifier nos besoins pour des droits et des protections légales. Nous encourageons donc chacun.e – en particulier nos allié.e.s et/ou les membres de la presse éduquant les autres au sujet des personnes intersexes – à utiliser ces informations et les statistiques de prévalences fournies ici pour le faire de façon pertinente. Merci !

* Fausto-Sterling, Anne (2000). Sexing the Body: Gender Politics and the Construction of Sexuality. New York: Basic Books. ISBN 0-465-07713-7.

.
* L’ Intersex Society of North America (ISNA, 1993-2008), a popularisé la statistique du “1 pour 2000” (.05%) mais a clarifié sur son site web : “Voici ce que nous savons : si vous demandez à des experts des centres médicaux à quelle fréquence un enfant naît avec des parties génitales tellement atypiques qu’un spécialiste en différenciation est appelé, le nombre atteint environ 1 pou 1500 ou 1 pour 2000 naissances. Mais un nombre bien plus élevé de gens sont né.e.s avec des formes plus subtiles de variations de l’anatomie sexuelle, dont certaines n’apparaîtront que plus tard dans leur vie. Ci-dessous nous fournissons un résumé des statistiques tirées d’un article de la chercheuse de l’Université de Brown, Anne Fausto-Sterling » http://www.isna.org/faq/frequency

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s