Qui sommes-nous?

Manifeste de lancement du Collectif Intersexes et Allié.e.s (8 novembre 2016)

Le Collectif Intersexes et Allié-e-s (CIA) est lancé officiellement ce mardi 8 novembre 2016, Journée Internationale de la Solidarité Intersexe.

Il se définit comme un collectif LGBTIQ+//MOGAI, féministe inclusif, auto-organisé, à l’échelle du territoire français. Il se reconnaît dans le cadrage politique de l’Organisation Internationale des Intersexes, sans s’y rattacher formellement, ainsi que dans la déclaration de Malte et dans celle de Riga.

En particulier, il s’oppose à la pathologisation des personnes intersexes et se prononce fermement pour l’autodétermination, ce qui implique :

  • la fin des mutilations, stérilisations, traitements hormonaux non consentis sur des personnes intersexes quel que soit leur âge, c’est-à-dire le respect de leur intégrité physique. Cela implique le respect des droits des “malades” (puisque c’est ainsi que nous étiquettent les médecins) tels qu’établis dans la loi Kouchner, ainsi que l’abandon du terme “trouble du développement sexuel” qui les légitimise,
  • la pleine information des personnes intersexes, et pour les mineurEs, de leur entourage, y compris l’accès à leurs dossiers médicaux et l’accès à une information non pathologisante. Cela implique la création et l’animation de groupes de soutien et d’échanges et le partage de savoirs théoriques et historiques sur les luttes et les conditions intersexes,
  • la formation de tout personnel (médical, social, juridique…) en contact avec des personnes intersexes de tous âges et leur entourage,
  • la suppression de la mention de sexe ou de genre à l’état-civil, ainsi que le changement de prénom, et en attendant sa suppression, de genre, sur simple demande en mairie, librement et gratuitement, c’est-à-dire le respect du droit à l’autodétermination des personnes. Dans le même esprit nous visons la fin de la ségrégation sexuée de la société.

Le CIA cherche à développer des liens avec les luttes qui s’articulent particulièrement aux siennes : les luttes trans, féministes, LGB, des malades et des personnes en situation de handicap. Il s’inscrit enfin dans une perspective de solidarité internationale en maintenant des liens forts avec les organisations intersexes internationales et des autres pays du monde.

Le CIA est lancé par et pour les personnes intersexes. Il est ouvert aux allié-e-s en soutien mais les décisions seront prises exclusivement par les personnes intersexes (étant entendu que personne ne va vérifier le dossier médical de qui que ce soit..). Il administre le groupe facebook “Echanges et soutien entre personnes intersexes (ouvert aux allié.e.s)”, se dote d’une liste mail, d‘un site web et d’une page facebook. Il prévoit comme outils des campagnes d’information et de revendications, du matériel, la participation aux cadres unitaires, et au besoin l’impulsion de ceux-ci, l’apparition dans les échéances publiques et dans les médias dès lors que ceux-ci respectent nos revendications et nos personnes.

Pour nous contacter : cia.intersexes[at]gmail.com !

[6 mai 2017] Nos statuts ici.

Nos valeurs :

[extrait de la Charte du Collectif Intersexes et Allié.e.s, 10/09/2017]

 

  • Nous définissons l’intersexuation selon deux définitions non contradictoires et non nécessairement cumulatives :
  1. Les personnes intersexes sont nées avec des caractères sexuels (génitaux, hormonaux, gonadiques ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins. Le terme intersexe s’emploie pour décrire une large gamme de variations naturelles du corps, qui se développent à tout moment de la vie.
  2. Les personnes intersexes sont des personnes ayant subi une invalidation médicale de leurs corps sexués.

 

  • Le Collectif Intersexes et Allié.e.s défend une approche non-pathologisante des variations du développement sexuel. Notre rapport aux médecins et au personnel médical dépend des positions de ces dernier.e.s à titre individuel. Par contre, nous rejetons leur pouvoir écrasant sur nos vies, nous refusons qu’illes déterminent sans nous ce qui est bon pour nous, et nous excluons que leur parole soit équivalente à celle des personnes concernées. Parce que le corps médical est en position sociale de domination sur les enfants et adolescent.e.s intersexes et leurs familles, nous considérons avec circonspection toute collaboration avec ses membres.
  • Le Collectif défend l’autodétermination des personnes intersexes. Cela signifie qu’il n’y sera pas fait de demande de dossiers médicaux, et qu’aucun.e membre ne peut être enjoint.e à indiquer le type de variation qui est le sien. Le Collectif repose sur l’auto-organisation collective des personnes présentant des variations du développement sexuel (intersexes), ce qui signifie que seules les personnes intersexes peuvent participer aux prises de décisions du collectif.

 

  • Le Collectif vise la disparition du système patriarcal hétérocissexiste qui fonde notre oppression. Il constate que les changements légaux ne suffiront pas à y mettre un terme et ne s’interdit pas le recours à la désobéissance civile.
  • Le Collectif repose sur une organisation horizontale. Les membres sont vigilant.e.s par rapport à la répartition des prises de paroles et aux responsabilités dans le collectif, afin de prévenir toute émergence de dominations symboliques, notamment fondées sur des positions sociales de privilège. Le degré d’implication n’y est pas un critère de légitimité. Toute injonction ou pression même implicite à faire telle ou telle chose est proscrite. Chacun.e est libre de définir ses propres limites et doit respecter celles des autres. Les différents types d’engagements sont valorisés, la hiérarchie des tâches est combattue. Cela va de pair avec l’auto-responsabilisation : chaque membre du collectif est invité.e à participer à ses activités dans la mesure de ses capacités et de sa disponibilité, afin d’éviter les phénomènes de délégation et de désengagement. Le CIA est un collectif de militant·e·s et non d’adhérent.e.s.
  • Chaque membre reconnaît et respecte la diversité des parcours de chacun.e de ses camarades.
  • Les désaccords sur des positionnements politiques sont possibles, ils doivent pouvoir être exprimés et débattus dans le respect des autres. En particulier, les attaques personnelles qui visent les personnes et leurs personnalités, et non des faits spécifiques, sont refusées et peuvent être sanctionnées. Les désaccords politiques sont au besoin tranchés par vote.
  • L’intégration des questions intersexes dans les luttes féministes, LGBTIQ+, antivalidistes, antiracistes, anticapitalistes, écologistes sont un aspect important de notre approche politique.
  • Ces thématiques touchant les questions intersexes, le collectif prend position sur un certain nombre de débats internes à ces luttes notamment :
    • Contre l’islamophobie
    • Pour les droits des travailleurses du sexe
    • Contre la rhétorique intersexophobe sur les effets des perturbateurs endocriniens
    • Dans ses discours et ses actions, le collectif veille à ne pas favoriser l’idéologie spéciste.

Les membres ont le droit garanti de se réunir en non-mixité choisie sur la base d’une oppression commune, quelle qu’elle soit. Ces réunions font l’objet d’un retour auprès du reste de l’association. Le contenu de ce compte-rendu est entièrement à l’appréciation des personnes concernées.

Publicités